Publications

Présentées par ordre chronologique, ces publications portent sur quatre thèmes de recherche principaux:

Energie, espace et société,
Controverses environnementales en aménagement,
L’histoire des idées géographiques et aménagistes,
Lieu, ambiances et expériences sensibles.

Liste exhaustive des valorisations scientifiques sur Hal-SHS.

Ouvrage

Labussière Olivier & Nadaï Alain (2018 – in press) Energy Transitions: a Socio-Technical Inquiry. Palgrave McMillan.
In revisiting our current compass for the energy transition, this book elucidates both what it means to transition to alternative sources of energy and the potential for undertaking a more democratic energy transition. 

The book dynamically portrays a recent sociotechnical study of a large number of energy transition processes underway in several countries (France, Germany and Tunisia) and involving different energy technologies (solar, on­/off-shore wind, smart grids, biomass, low-energy buildings, and carbon capture and storage). Drawing on a pragmatist tradition of social inquiry, the authors pay attention to the consequences of energy transition processes for the actors and entities that are affected by them, and the spaces for political participation they offer.

This critical inquiry is organised according to foundational categories that have defined the energy transition — resources (‘renewable’ energy resources), markets, economic instruments, technological demonstration, spatiality (‘scale’) and temporality (‘horizon(s)’). The book sytematically investigates, through a set of well-selected case studies, the role these categories are playing in the conduct of energy transitions.

Mots clefs : Energy Transition, Potentials, Critical Inquiry, Pragmatist Tradition
Labussière Olivier et Nadaï Alain (2015) L’énergie des sciences sociales. Paris: Editions de l’Alliance Athéna,167 p. Lire
Cet ouvrage porte l’ambition d’encourager le développement de recherches interdisciplinaires sur les choix qui s’offrent aux sociétés en matière d’énergie et de réponse à l’enjeu climatique. Il est le fruit d’une réflexion collective et interdisciplinaire ménée au sein du Groupe de prospective ‘Energie et Sciences Sociales’ de l’Alliance ATHENA, en concertation avec l’Alliance ANCRE (genèse et dessein de l’ouvrage).
Mots clefs : Energie, sciences sociales, interdisciplinarité

Articles dans des revues à comité de lecture

Nadaï Alain, Labussière Olivier, Debourdeau Ariane, Régnier Yannick, Cointe Béatrice et Dobigny Laure (2015) French policy localism: Surfing on ‘Positive Energie Territories’ TEPOS. Energy Policy, vol. 78, 281-291. Lire
This paper is interested in sustainable energy initiatives in French rural areas. It follows up the UK debate about ‘localism’. UK policy localism has been cast as neoliberal, framing communities as competent and competitive actors, morally responsible and accountable for their destiny.
Mots clefs : France, rural, energy transition, grays-roots initiatives, localism
Nadaï Alain et Labussière Olivier (2015) Planning wind power, re-inventing the visual landscape (Eure-et-Loir, France). Landscape Research, 40(1):76-98. Lire
In 2003 wind power arrived massively in the Beauce (on the outskirts of the Parisian basin). This article follows the evolving practice of landscape planning over the course of wind power development in this region of France. Our analysis suggests that landscape is regulated through practices, discourses and aesthetic codes, which define what is important about landscape and attempt to protect it. It shows that wind power not only affects existing landscapes, but also challenges the working of these underlying practices and discourses, triggering the emergence of new codes…
Mots clefs : Planning, wind power, landscape, aesthetic codes
Labussière Olivier (2015) La performance énergétique des bâtiments à l’ère des politiques européennes de démonstration. Le cas du programme Concerto et du projet de la ZAC De Bonne (Grenoble, France). Vertigo, 14(3). Lire
Ce papier propose d’explorer l’articulation au secteur du bâtiment de l’approche par la démonstration issue de politiques européennes d’innovation technologique, en prenant pour cela le cas du programme européen CONCERTO et de l’expérience française de la ZAC de Bonne à Grenoble.
Mots clefs : Performance énergétique, bâtiments, politiques de démonstration, dynamiques multi-scalaires
Nadaï Alain et Labussière Olivier (2014) Communs paysagers et devenirs éoliens opposés. Le cas de la Seine-et-Marne (France). Projets de paysage, dossier thématique n°10 ‘Le paysage à l’épreuve de la transition énergétique’ (S. Briffaud coord.). Lire
Cet article part d’un projet éolien contesté et conflictuel dans un village de Seine-et-Marne (France). Il suit l’émergence et la structuration de trajectoires d’opposants dans leur constitution progressive, en explorant les rôles et les devenirs opposés de communs paysagers. À la croisée de ces devenirs opposants et paysagers, l’analyse met en lumière les modalités selon lesquelles, en France, l’accompagnement institutionnel échoue à articuler des communs paysagers hétérogènes pour soutenir l’émergence de projets éoliens partagés.
Mots clefs : Éolien, communs, paysage, enjeu, public
Labussière Olivier et Nadaï Alain (2014) Unexpected wind power ‘potentials’: the art of planning with inherited socio-geographical configurations (France). Scottish Geographical Journal, 130(3):152-167. Lire
The deployment of wind power induces deep changes in landscapes and territories. The politicization of wind power generates new ad hoc collectives. In the French case, because of the institutional framing resulting from landscape and wind power policies (centralization, feed-in tariffs, private developers), collectives of emerging wind power landscapes are regularly set apart from wind power planning processes. This paper explores the extent to which these recompositions and new collectives could be part of emerging wind power potentials. The empirical evidence stemming from our case studies shows that wind power technology, like any other technology, is not endowed with a potential per se. Wind power potentials differ – ‘capitalistic’, ‘controversial’, ‘negotiated’, ‘conditional’ – depending on planning processes and inherited configurations. The notions of striated space and smooth space enable us to adopt a relational perspective on these emerging collectives and to account for the role of inherited socio-geographical configurations and planning processes.
Mots clefs : Wind power, potential, inherited socio-geographical configurations, striated and smooth spaces
Nadaï Alain et Labussière Olivier (2014) Recomposer la mer pour devenir offshore: le projet éolien de Veulettes-sur-Mer. Natures, Sciences, Sociétés, 22(3):204-218. Lire
Cet article s’intéresse au destin contrarié du premier projet éolien en mer en France (Veulettes-sur-Mer, Seine-Maritime), dont l’État et les industriels attendaient une procédure reproductible pour l’éolien en mer. Notre analyse suit, au moyen de la sociologie des sciences et techniques et de notions de philosophie des techniques, les enjeux relatifs au développement de ce projet (implantation des éoliennes, connexion au réseau électrique). Elle décrit, au travers des errances du projet de Veulettes-sur-Mer, une forte dépendance de la technologie à ses modes d’assemblages (terrestres) passés, tout en attestant des voies multiples et détournées par lesquelles le projet contribue à réorienter la politique éolienne et sa manière de composer le milieu offshore. Ce constat appelle à une attention redoublée aux multiples ramifications qui associent la technologie à son milieu (social, institutionnel, biologique), au moment où la voie d’une planification stratégique de l’espace marin semble s’ouvrir en France.
Mots clefs : Mer, éolien, dispositifs institutionnels, milieu associé, Seine-Maritime (France
Nadaï Alain et Labussière Olivier (2013) Playing with the line, channeling multiplicity. Windpower planning in the Narbonnaise (France, Aude). Environment and Planning D, 31(1):116-139. Lire
This paper describes an innovative planning process, the Wind Power Charter of the Regional Natural Park of the Narbonnaise (southern France). By ‘innovative’, we mean that planners’ decisions relate to the site/situation which they aim to transform rather than to preexisting norms or abstract territorial representations, as is so often the case in wind power planning processes. This planning process has a direct consequence: it succeeds in taking into account the existing local landscape and in engaging it in a transformative process. Drawing upon Deleuze’s and Guattari’s concepts of ‘map’/‘tracing’, and on Deleuze’s concept of ‘sign’, we follow the way in which landscape is circulated in this process and analyse the relational properties of the graphic representations which underlie it. The analysis relies on a follow-up of the design and consultation work throughout this process. It shows how an iconographic practice can contribute to the composition of an emerging reality (new landscape) without indexing it to preexisting and normative representations of the territory: hence the title of the paper, “Playing with the line, channelling multiplicity”, which connects the materiality of graphic forms with the nonrepresentational—with the multiplicity of the emerging energy landscapes.
Mots clefs : Wind power, innovative planning, Deleuze, map and tracing, materiality
Labussière Olivier (2013) Flux, ambiances et ré-enchantement du monde. Etude à partir de Malicroix d’Henri Bosco. Ambiænces. Revue internationale sur l’environnement sensible, l’architecture et l’aménagement urbain. Lire
Cet article interroge l’idée selon laquelle une ambiance surgit d’un rapport premier au monde et ne doit rien au langage qui serait l’outil d’une (re)connaissance. L’analyse est développée à partir d’un roman d’Henri Bosco, Malicroix. Dans ce roman, le cadre insulaire joue un rôle phare, pris en tension entre le langage de l’Autre (ordres domestique et épistémique) et les manifestations d’un milieu élémentaire. Tirant parti d’un cadre deleuzien, l’analyse montre comment une double inflexion donnée au langage reconfigure l’expérience du milieu dans le sens d’un corps à corps plus étroit avec les éléments, propice à l’émergence de moments d’ambiance dotés d’une expressivité propre. Auteur d’une langue concrète et vitale, Henri Bosco confère à ces moments d’ambiances, et donc au milieu dans lequel ils trouvent leurs appuis, la capacité de ré-enchanter un monde insulaire en déshérence.
Mots clefs : Ambiance, corps, milieu, Gilles Deleuze, Henri Bosco, insularité
Labussière Olivier et Aldhuy Julien (2012) Le terrain? C’est ce qui résiste. Réflexion sur la dimension cognitive de l’expérience sensible en géographie. Annales de Géographie, n° 687-688 (Volvey A., Calbérac Y., Houssay-Holzschuch M. coord.) : 583-599. Lire
Une étude des théories non représentationnelles en géographie, parmi lesquelles nous distinguons la pensée de Gilles Deleuze, nous aide à problématiser comment l’expérience sensible, et une plus grande attention au corps, peuvent susciter du nouveau dans le processus d’élaboration des connaissances (la résistance). Nous donnons à cette réflexion les modalités d’une étude plus concrète en portant notre regard sur Le Travail en Sicile (Rochefort, 1961). Ceci nous permet d’ouvrir un débat sur le terrain pris comme un ensemble relationnel (chercheur, objet, méthode, aire d’étude) ouvert et évolutif, jalonné par des défis méthodologiques et théoriques directement liés à l’expérience sensible.
Mots clefs : Terrain, corps, expérience sensible, résistance, Gilles Deleuze, Renée Rochefort (« Le travail en Sicile »)
Labussière Olivier et Nadaï Alain (2011) Expérimentations cartographiques et devenirs paysagers. La planification éolienne de la Narbonnaise. Espaces et Sociétés, n° 146 : 71-92. Lire
 Cet article décrit un cas de planification innovante entrepris par le PNR de la Narbonnaise (Aude) pour composer des paysages éoliens. À l’instar de la « carte » de Deleuze et Guattari, nous approchons cette planification comme un processus ouvert, connecté sur la multiplicité sociale, spatiale et paysagère. L’analyse montre comment un dispositif iconographique diffracté (cartes, blocs diagrammes,…), renvoyant aux grandes et aux petites échelles, parvient à spatialiser des potentiels éoliens sans les indexer de façon normative au territoire, engageant ainsi l’exploration de nouveaux devenirs paysagers. Cette étude centrée sur les codes cartographiques et leurs usages met à jour une pratique abductive de la planification dont elle dégage les modalités formelles.
Mots clefs : Planification, éolien, paysage, diffraction de la représentation cartographique, abduction, Deleuze
Labussière Olivier (2010) Eléments pour une prospective du milieu. L’enjeu du sensible en aménagement. Cahiers de Géographie du Québec, 54(153):499-515. Lire

Cet article pose la question du sensible en aménagement en tentant de voir en quoi, au-delà du registre de l’expérience, elle pourrait contribuer à une réflexion sur les normes de ses modèles d’action, leurs points de blocage et d’innovation. En rapprochant l’aménagement d’une activité clinique ouverte à l’expérimentation et favorisant un usage non instrumental des normes, nous procédons à un déplacement de la question du sensible d’une caractéristique associée au milieu à un mode de relation (cognitif, politique, expérientiel) de l’aménagement avec le milieu. La façon dont le sensible est configuré et distribué décide en partie de la normativité de la démarche aménagiste, de son ouverture à la logique du sujet et de la capacité de celui-ci à donner à son mode d’habiter, comme à lui-même, une actualité qui corresponde aux enjeux de son époque. Nous resituons cette réflexion, et les propositions qui la sous-tendent, à l’égard d’une problématique contemporaine, celle de la transition énergétique et de la planification des paysages éoliens.

Mots clefs : Pensée clinique, sensible, aménagement, milieu géographique, sujet
Nadaï Alain, Krauss Werner, Afonso Ana Isabel, Drackle Dorle, Hinkelbein Oliver, Labussière Olivier y Mendes Carlos (2010) El paysaje y la transicion energetica: comparando el surgimiento de paisajes de energia eolica en Francia, Alemania y Portugal. Nimbus, n° 25-26: 155-173. Pdf

In this article, we focus on the transformation of space as a consequence of these newly established alternative energy policies. Landscapes are the level at which political visions and policy decisions endorse (or not) their very materiality. We analyze the deployment of wind power in three European countries, France, Germany and Portugal through the lens of ethnographic landscape studies. We argue that the successful implementation of low carbon futures is highly dependent on the respective national cultures of administration as well as on local practices, initiatives and perceptions of space at the local level.

Mots clefs : Landscape, wind power, energy transition, France, Germany, Portugal
Labussière Olivier (2010) La norme et le mouvant. Eléments pour une relecture de l’oeuvre de Jean Gottmann. Géographie et Cultures, n° 72 : 7-23. Lire

Depuis sa redécouverte dans les années 1990, la pensée de Jean Gottmann a largement été reçue sous les traits d’une dialectique : le couple iconographie/circulation. Cette lecture étonne car elle confère aux normes sociales et politiques un rôle conservateur qui éclipse la réflexion de l’auteur sur les dynamiques adaptatives des sociétés, élaborée en référence au monde vivant. Cet article souligne l’usage des métaphores organiques dans l’œuvre de Gottmann et montre que les références à Henri Bergson et Claude Bernard qui les sous-tendent sont des influences structurantes pour des notions clés de sa pensée : le carrefour et le milieu relationnel. Cette relecture de l’œuvre de Gottmann invite à comprendre la différenciation de l’espace non comme un dépassement dialectique des contraires mais comme une aptitude des sociétés à la recréation territoriale. En particulier, la notion de « faculté d’accès » montre l’importance pour les sociétés de savoir entretenir un dialogue avec leurs systèmes normatifs – leur milieu relationnel – pour assurer leur adaptation à leur environnement international et aux évolutions de leur organisation régionale.

Mots clefs : Jean Gottmann, métaphore organique, milieu relationnel, pensée de l’émergence, «faculté d’accès »
Labussière Olivier (2010) Contingence et individualité géographique. Perspectives géographiques à partir de la Critique de la Faculté de Juger. Carnets de géographes. Lire

La Critique de la faculté de Juger est peu abordée dans les travaux qui interrogent la place de la pensée kantienne en géographie. Pourtant, la mise en jeu du sensible, au cœur du propos, permet d’examiner la relation de l’homme au monde, voire de l’homme dans le monde. Prêtant attention à cet état relationnel et sensible, cet article montre qu’il est possible de faire de la notion de contingence le lieu d’une interrogation sur la nature empirique du donné et ses dynamiques d’émergence. Ce faisant, il propose un déplacement de la notion de contingence de son acception générique (la variabilité des formes de l’être) à un sens plus empirique et vital (la viabilité des formes de l’être). Nous explorons ce déplacement de la notion à travers deux études de la pensée kantienne (le vivant et l’hospitalité cosmopolitique) puis montrons la façon dont il suggère une nouvelle approche de la notion d’individualité géographique, dans le sens d’une plus grande attention à des réalités socio-spatiales en devenir.

Mots clefs : Kant, contingence, finalité, viabilité, émergence, individualité géographique
Nadaï Alain et Labussière Olivier (2010). Birds, wind and the making of wind-power landscapes in Aude, Southern France. Landscape Reasearch, 35(2): 209-233. Lire

Landscape and birds are an important cause of blocking wind power projects. This paper investigates the question of whether birds and wind power can be part of a same landscape and what type of landscape this could compose. We do so by following birds, birdwatchers and wind power developers in their attempt to compose such a landscape in the South of France. Our perspective focuses on the attachments that animals or landscape might develop or entice humans to develop. We show that the process by which such a wind power landscape is composed engages birds into successive translations, which ultimately translate bird intelligence in composing with the wind into a quality of the landscape. As a result, such a landscape emerges from a net of relations and has a quality which is not necessarily visually readable: it is accountable to the entities which have been brought into representation through/for its making.

Mots clefs : Wind power, planning, birds, affect, Deleuze
Labussière Olivier (2010) Optimisation, organisation de l’espace et pensée de l’émergence. La piste esthétique chez Gilles Deleuze. Géopoint 2008.  Pdf

Cette communication examine ce que la pensée de Gilles Deleuze peut apporter à la problématique de l’optimisation de l’espace géographique. Pour cela, nous nous sommes tournés vers un matériau original, le regard de l’auteur sur le mythe de l’île déserte et son emploi dans la tradition littéraire de la robinsonnade. En effet, les romans de D. Defoe, J. Giraudoux ou encore M. Tournier sont de fantastiques récits où les héros sont confrontés à l’organisation d’un espace insulaire et à l’optimisation de celui-ci. En substance, nous distinguons des logiques d’optimisation exogène et endogène. Les premières conçoivent le milieu géographique comme une polarité passive, la seconde, à la lumière de la pensée deleuzienne du devenir, comme un réservoir de possibilités pour l’action ; ce qui soulève des points de discussion avec la conduite de l’action en aménagement.

Mots clefs : Deleuze, esthétique, aménagement, milieu, robinsonnade (tradition littéraire)
Labussière Olivier (2009) Eléments pour une symptomatologie des ambiances urbaines. L’exemple de Venise, à la lumière de Ruskin et de Proust. Articulo – Journal of Urban Research, Hors série 2: Esthétique et pratique des paysages urbains. Lire

Cet article participe aux débats actuels qui entourent la notion d’ambiance urbaine en tentant de cerner sa nature générative ; ce qui constituerait un moyen de la distinguer d’une demande sociale croissante pour des atmosphères conditionnées (supermarché, métro, etc.) davantage sous-tendues par une vision instrumentale de la relation homme – milieu. Attentif à la pensée de Gilles Deleuze, il réinvestit l’idée que la perception comme activité de connaissance est sous-tendue par un mode de compréhension esthétique : la recognition prend appui sur un sensible qui peut à tout moment lui échapper et engager une saisie du milieu urbain selon une direction qui n’est plus conceptuelle. Nous caractérisons ce processus grâce aux notions de mesure et de rythme, en arguant du fait qu’à tous moments le rythme peut échapper à la mesure et alimenter une perception qui n’est plus constituante et formelle mais proliférante et pré-formelle. Ces catégories (mesure et rythme) nous permettent de décrire et d’analyser des processus d’éclatement de la synthèse perceptive, correspondant par hypothèse à une saisie du milieu urbain d’après ses ambiances et ses allures plutôt que par ses formes et ses structures. L’ambiance urbaine n’est donc pas un donné : elle n’appartient ni au sujet, ni à l’objet mais elle se singularise par l’émergence d’un impensable du sensible dans la pensée. À ce niveau, l’urbain ne livre pas de significations explicites mais les signes d’une réalité complexe, non directement intelligible, dont il reste à inventer les codes pour s’en saisir. En suivant Ruskin puis Proust à Venise, il s’agit de caractériser une ambiance urbaine par les signes qu’elle offre à l’expérience, d’en faire la symptomatologie. Ceci nous permet d’ouvrir une discussion avec des approches phénoménologiques de l’ambiance urbaine et de la façon dont elles parviennent à se saisir des problématiques liées à la multiplicité, à la nouveauté et au devenir.

Mots clefs : Ambiance urbaine, mesure, rythme, trace, signe symptomatologie, Ruskin, Proust, Venise
Tricot Anne et Labussière Olivier (coll.) (2009) Les difficultés d’application des plans de prévention en France, quand le territoire travaille le risque. Cahiers de Géographie du Québec, 53(148) : 119-134. Lire

En 1995, l’État français a lancé une politique ambitieuse de prévention des risques par la réalisation de Plans de prévention des risques d’inondation (PPRI). En 2005, 5000 PPRI ont été approuvés et 10 000 sont projetés pour le futur. L’objectif quantitatif est très important : il vise à couvrir l’ensemble des communes touchées par le risque. Qualitativement, quel type de risque est affiché ? En 2006, plus de 10 ans après les premières réalisations des PPRI, que peut-on en dire ? Comment se passe le changement annoncé de ces politiques publiques en matière de risque d’inondation au regard des formes locales d’engagement, des expériences plurielles des risques ? Comment se passe la prévention du risque naturel et son articulation avec l’aménagement du territoire ? Les PPRI s’imposent comme servitudes d’utilité publique aux futurs plans locaux d’urbanisme (PLU). Ils constituent le dernier maillon de la politique de prévention ; à ce niveau-là, l’intérêt devient d’en comprendre la mise à l’épreuve. Quelques travaux s’intéressent à la mise en oeuvre de ces outils aux niveaux institutionnel et financier. Or, peu de recherches se consacrent à l’analyse de leur application et de leurs effets. L’intérêt de ce travail est de rendre compte de la performance de ces outils relativement silencieux qui échappent à la scène médiatique.

Mots clefs : Risques d’inondation, aménagement du territoire, sociétés locales, plan de prévention
Labussière Olivier (2009) Les stratégies esthétiques dans la contestation des projets d’aménagement : le milieu géographique entre singularité et exception. L’information géographique, 73(2): 68-88. Lire

L’essor des théories esthétiques valorisant des approches synthétiques de l’expérience et de l’action ouvre une voie nouvelle pour étudier la prise en compte du milieu en aménagement. En suivant Jacques Rancière il est possible de concevoir l’esthétique sous l’angle d’une approche contextualiste qui ne sépare pas l’intelligible du sensible. Celle-ci se révèle pertinente pour étudier la façon dont l’aménagement fait du milieu l’objet d’une discussion normée, génératrice de mésentente, qui appelle, en situation de contestation, à interroger autant le contenu du projet que les catégories cognitives qui le fondent. L’exemple de la contestation du projet de ligne très haute tension dans le Quercy Blanc, montre que la mise en oeuvre de stratégies esthétiques permet d’informer l’action aménagiste mais qu’elle peine davantage à la réformer. C’est là un paradoxe intéressant de l’entrée esthétique : en valorisant la singularité du milieu géographique, elle prend le risque d’attiser une logique de l’exception qui peut bloquer le passage à l’action plutôt que d’ouvrir les voies de l’expérimentation.

Mots clefs : Stratégiques esthétiques, milieu, aménagement, mésentente, singularité, exception
Nadaï Alain et Labussière Olivier (2009). Windpower planning in France (Aveyron) ; from state regulation to local planning. Land Use Policy 26(3): 744-754. Lire

The development of wind energy in France presents an exemplary case of contrast between the policy instrument and its effectiveness in terms of installed wind power capacity. After 7 years of one of the highest feed-in tariffs in the world, the installed capacity in France is still very low. This is notably due to a diffuse pattern of administrative landscape protection which impacts on the construction of wind power potential. In turn, the pace of wind power development can be understood only by looking in more detail at the way in which landscape is dealt with in local planning processes. This paper examines the question using the case of Aveyron in southern France. We follow the shifting ways in which landscape is enrolled in wind power planning, in a context where new planning instruments favor an incipient decentralization in wind power policy. The case points to a change in both the networks and the concepts involved in the design of landscape representations that underlie the construction of wind power potential. We show that this change has been forced by the far-reaching and decentralized visual impacts of wind power technology, suggesting that technology is recomposing the social as part of its development process and questioning the very meaning and perception that is given to landscape.

Mots clefs : Wind power, planning, landscape, France, decentralization
Labussière Olivier (2008). Géographie du sujet et construction des territorialités. Le cas des arbres du refus contre la ligne très haute tension en Quercy Blanc. Géodoc, 55 : 53-65. Lire

Les études environnementales qui sous-tendent le tracé d’une ligne à très haute tension déterminent un « fuseau de moindre impact », pouvant être perçu par les habitants des territoires concernés comme l’expression d’une  disqualification paysagère. Pour faire entendre leurs voix, les habitants du Quercy Blanc ne cherchent pas à magnifier leur cadre de vie mais à rendre sensible un espace vécu qui ne se laisse par réduire à des catégories de projet. Cet écrit analyse la plantation d’ « arbres du refus » au passage de la ligne THT comme un engagement esthétique qui renouvelle les modalités par lesquelles la question de l’habiter peut être saisie et discutée. Cette forme de protestation, plus créative que réactive, parvient à reposer la question de ce qui est en discussion et de ceux qui y ont part.

Mots clefs : Réseaux à très haute tension, conflit, stratégies esthétiques, territorialités habitantes
Labussière Olivier et De Baere André (2007). Entre « insertion » et « mise en situation » paysagère: la mésentente au cœur d’un projet de ligne très haute tension. Cosmopolitiques, n° 15: 95-106. Lire

Cet article propose une analyse comparée des travaux de Réseau Transport Electricité (RTE) et d’habitants – en particulier M. André De Baere –, autour du projet de ligne à très haute tension (THT) dans le Quercy Blanc, en matière d’analyse paysagère et de simulation de lignes THT. Il étudie différents outils (cartes, simulation 3D, photomontages) et s’intéresse au type de jugement qu’ils présupposent. En particulier, nous mettons en avant la façon dont les jugements analytique ou synthétique du paysage orientent la prise de décision en aménagement. Ces deux types de jugement sont thématisés à travers les notions respectives d’ « insertion » et de « mise en situation » paysagère. La notion de mésentente, telle que proposée par Jacques Rancière, permet d’approcher la confrontation de ces regards sur le paysage en montrant la façon dont les émotions et les enjeux esthétiques peuvent participer d’un recadrage de l’expertise environnementale.

Mots clefs : Réseaux à très haute tension, mésentente (Rancière), stratégies esthétiques, paysage
Clarimont Sylvie, Aldhuy Julien et Labussière Olivier (2006). Les recompositions territoriales face à la faible densité: comparaison des « pays » aquitains et des comarcas aragonaises. Annales de Géographie, 115(647): 26-48. Lire

La dernière décennie est marquée par l’essor de la coopération intercommunale en France comme en Espagne. Ces regroupements de communes sont de nature variée en France (SIVOM, SIVU, communautés de communes ou « pays » constitués autour de la promotion d’un projet collectif de développement) ce qui pose de nombreux problèmes de juxtaposition de zonages ou de manque de lisibilité. En revanche dans certaines régions espagnoles (Catalogne, Galice, Aragon…), la comarca s’impose comme l’unique échelon intermédiaire entre la région et la commune. En quoi ces nouvelles politiques de recompositions territoriales sont-elles susceptibles de répondre à la question de la faible densité ? Malgré le manque de recul lié au caractère récent et encore embryonnaire du découpage en pays et en commarcas, l’article se propose d’apporter quelques éléments de réponse à partir de la comparaison de deux pays du sud-ouest français et de deux comarcas aragonaises.

Mots clefs : Pays, Comarcas, faible densité, aménagement, intercommunalité, décentralisation, France, Espagne

Chapitres d’ouvrages

Labussière Olivier (2016) Transitions énergétiques et reconfiguration des accès à l’énergie, in « Transition énergétique et territoires », sous la dir. de M.-J. Fortin, Y. Fournis, F. L’Italien et D. Royer, Presses de l’Université du Québec. Lire

Cet article aborde la transition énergétique comme une réalité écouménale en ce qu’elle engage une redéfinition des relations entre les sociétés et leurs milieux. Si nombre de contributions scientifiques se concentrent sur les aspects technologiques et économiques des processus de transition énergétique, ces derniers renvoient à une diversité de dimensions (biodiversité, paysage, territoire…) dont la prise en compte fait encore défaut. Attentif à ces dimensions, cet article propose une approche alternative d’évaluation de la soutenabilité des processus contemporains de transition énergétique. Pour ce faire, il propose une approche dite ‘dimensionnelle’. Il s’agit d’organiser autour de la question de l’accès à l’énergie prise comme pivot, l’étude de trois dimensions: a. la qualification, l’appropriation et le partage des ressources énergétiques; b. les processus de concrétisation des objets techniques; c. enfin, l’émergence de nouvelles spatialités et de nouvelles temporalités de la transition énergétique.

Mots clefs : transition énergétique, écoumène, approche ‘dimensionnelle’, collectifs sociotechniques, accès
Labussière Olivier (2015) Milieux, invention technique et production de l’espace, in « Guide des humanités environnementales », sous la dir. de A. Choné, I. Hajek, P. Hamman. Lire

Cette notice s’inscrit dans la lignée des travaux explorant la voie d’un dépassement du partage moderne homme/nature. Elle se saisit de la technique, classiquement abordée comme « contre nature », comme un cas d’école pour explorer des schémas intellectuels plus relationnels.  Considérée comme une médiation majeure entre l’homme et son milieu, la question technique appelle à élaborer une culture d’ensemble, d’un nouveau genre, qui ne s’oppose pas à la nature mais suive de façon concrète les entités qui participent de la concrétisation des techniques et à travers elles de l’organisation de nos sociétés.

Mots clefs : Milieux, invention technique, espace, Simondon, Santos, Chouquer
Labussière Olivier et Nadaï Alain (2015) Wind power landscapes in France: landscape and energy decentralization, in « Renewable energies and european landscapes: lessons from southern European cases », sous la dir. de M. Frolova, A. Nadaï and M.-J. Prados. Lire

In 2000, at the dawn of the adoption of the EU Directive on renewable energy, a green-red alliance opened a political window for the emergence of a genuine wind power policy in France. Yet today, after more than 10 years of one of the highest feed-in tariffs in the world, the installed capacity in France is still low. Wind power, if it is to be developed at any significant level, has to fight against the centralization of both French energy policy and landscape protection. In this context, the landscape processes, which take place when wind power is either planned or sited at the local level through open governance, are places and occasions for institutional and social innovation that contribute to building decentralization. This chapter examines the ways in which wind power development has raised tensions over the centralization of both energy and landscape policy in France.

Mots clefs : Wind power, landsape policy, energy policy, decentralization, France
Nadaï Alain, Krauss Werner, Afonso Ana Isabel, Dracklé Dorle, Hinkelbein Oliver, Labussière Olivier, Mendes Carlos (2015) A Comparison of the Emergence of Wind Energy Lanscapes in France, Germany and Portugal ; in Y. Luginbühl, P. Howard and D. Terrasson (ed.) Landscape and sustainable development. The French perspective. Ashgate: 133-144. Lire

This contribution is based on the processes involved in the emergence of wind power landscapes in three European countries. We have analysed the national and local landscape processes in order to deepen our understanding of the role of these processes in the energy transition and the issues raised by its management. The international comparison reveals that there is no general rule for providing wind power landscapes, and also evidences the decisive nature of the articulation between the normative institutional frameworks (usually national) which oversee the creation of public policies (energy, environment, development and landscape), and local landscape practices which support the emergence of new energy landscapes.

Mots clefs : Wind power, landscape, planning, institutions, France, Germany, Portugal
Nadaï Alain, Debourdeau Ariane, Labussière Olivier, Yannick Régnier, Cointe Béatrice, Dobigny Laure (2015) Les territoires face à la transition énergétique, les politiques face à la transition par les territoires ?, in Quelles solutions face au changement climatique ?, sous la dir. de Bettina Laville, Stéphane Thiébault, Agathe Euzen. Paris : CNRS Editions, pp. 196-204. Lire

Cette contribution présente un point sur les initiatives climat énergie en France au niveau local en 2012 et leur facteurs d’émergence.

Mots clefs : Initiatives locales, climat-énergie, France
Labussière Olivier (2014) Littératures de l’insularité. Une interrogation sur la portée du mythe en géographie, Actes du colloque « Géographie, langue et textes littéraires: regards croisés sur l’imaginaire géographique » (Puyo et Dupuy coord.), Presses de l’Universirté de Pau et des Pays de l’Adour. Lire

Depuis près d’un siècle, les travaux sur le mythe et ses effets structurants sur les sociétés et les cultures se sont succédé au travers de perspectives forts différentes. De façon générale, nous pourrions dire qu’à la conception classique du mythe pensé comme une structure intemporelle s’est progres- sivement substituée une conception valorisant son caractère historiquement construit. Tirant parti de deux lectures (Vaihinger et Klossowski), nous explorons un domaine au sein duquel le mythe renvoie à la fois à une réflexivité pratique, en prise avec des processus empiriques, et à un schéma temporel valorisant l’émergence du nouveau selon une origine qui n’est plus unique mais sans cesse en déplacement. Ces conceptions du mythe nous éclairent sur une notion renouvelée du milieu géographique fondée sur une pensée l’émergence (multiplicité, matérialité, histoire/nouveauté).

Mots clefs : Mythe (Vaihinger, Klossowksi), dimension pratique, milieu géographique, pensée de l’émergence
Labussière Olivier (2014) Pensée aménagiste et théories cliniques : le médecin-musicien, une figure à redécouvrir, in La petite musique des territoires : art, espace et sociétés sous la dir. de N. Canova, Ph. Bourdeau et O. Soubeyran, CNRS-Editions. Lire

Peu de travaux prêtent attention aux approches cliniques dans la pensée aménagiste malgré la persistance de la référence au monde médicale depuis le XIXème siècle jusqu’à aujourd’hui. Nous proposons un essai de problématisation qui ouvre la voie à une analyse symétrique. Celle-ci débute par un examen de quelques références au monde médical dans la pensée aménagiste (Cerdà, Le Corbusier, Doxiadis), puis par celui  de l’évolution des théories cliniques elles-mêmes afin de décoder les emprunts de la pensée aménagiste et ses oublis. C’est d’ailleurs à la suite de cette confrontation qu’une figure méconnue émerge : celle du médecin-musicien. Elle valorise une forme d’évaluation créatrice qui intéresse les débats de l’aménagement et suggère que la métaphore médicale ne se réduit pas en aménagement à soutenir la posture surplombante de l’aménageur thérapeute.

Mots clefs : Pensées aménagistes, théories cliniques (Laennec), médecin-musicien, diagnostic, ignorance
Labussière Olivier (2014) Du sensible à l’environnement, nouveaux horizons pour l’aménagement. Retour sur l’évolution d’une pensée, l’Ekistics de C. Doxiadis, in Usages et langages des sens, sous la dir. de Marie-Luce Gélard, Presses Universitaires de Nancy, coll. « Epistémologie du corps »:247-268. Lire

La prise en charge des questions environnementales en aménagement s’est largement opérée au travers d’un idéal gestionnaire. Si la pensée de Doxiadis se développe à une époque où cette ambition triomphe, les moyens qu’il mobilise et les influences intellectuelles qui les sous-tendent traduisent une évolution notable dans la façon de penser le lien entre environnement et aménagement. La question environnementale acquiert une place prépondérante dans ses travaux au début des années 1960 à mesure qu’émerge la figure de l’homme sensible. Largement influencée par la pensée d’Edward Hall, cette figure est le fruit d’un enrichissement mutuel entre l’éthologie (importance de la densité et des effets de la proximité sur le comportement), la physiologie (théorie du stress et capacité d’adaptation) et l’anthropologie culturelle (rôle des sens, gestion de la proximité et conception de l’habiter). Cet article montre comment Doxiadis tire utilement parti de la figure de l’homme sensible et de ses multiples influences.

Mots clefs : Aménagement, environnement, homme sensible, stress, adaptation
Nadaï Alain et Labussière Olivier (2013) L’éolien, une énergie renouvelable épuisable ?, in « Le développement durable à découvert », sous la dir. d’Agathe Euzen, CNRS Editions. Lire

L’éolien, tel qu’il est développé aujourd’hui en France, paraît peu renouvelable. En rendant très difficile l’émergence de processus collectifs de pré-projet et en ne compensant pas les barrières institutionnelles à des montages financiers territorialisés, il engage les recompositions sociales et territoriales sur des trajectoires relativement conflictuelles et très coûteuses à réorienter, une fois engagée l’élaboration de premiers projets. Partant de ce constat, cet article interroge la catégorie d’ « énergie renouvelable » lorsqu’elle est appliquée sans distinction à de nouvelles technologies de l’énergie.

Mots clefs : Energie renouvelable, éolien, ressources, épuisabilité
Labussière Olivier (2013) Energies renouvelables et territoire : nouveaux accès, nouveaux potentiels, in « L’énergie à découvert », sous la dir. de Rémy Mosseri et Catherine Jeandel, CNRS Editions. Lire

Ce chapitre invite à reposer la question du territoire autrement que sous des formes pré-constituées et simples (l’espace du gisement, l’échelle locale, la gouvernance courante) car les nouvelles technologies de l’énergie, si compactes soient-elles, déploient autour d’elles des enjeux de grande ampleur liés à leur caractère industriel, à leurs instruments de mise sur le marché ou encore à leur incidences sur l’environnement. En cela, la transition en cours si elle constitue une occasion de renouvellement de nos modes d’accès à l’énergie interroge quant aux conditions de formation de nouveaux potentiels énergétiques territorialisés.

Mots clefs : Energies renouvelables, territoire, configurations d’accès, potentiels territorialisés
Nadaï Alain, Krauss Werner, Afonso Ana Isabel, Dracklé Dorle, Hinkelbein Oliver, Labussière Olivier, Mendes Carlos (2013) Une comparaison de l’émergence de paysages éoliens en France, Allemagne et Portugal, in « Paysage et développement durable », sous la dir. de Yves Luginbhül et Daniel Terrasson. Paris : Quae. Lire

Ce chapitre analyse le déploiement de l’énergie éolienne dans trois pays européens, la France, l’Allemagne et le Portugal au travers de la question du paysage. Le paysage constitue un niveau d’analyse privilégié pour saisir les processus de mise en œuvre des politiques publiques dans leur matérialité, et les enjeux politiques qu’elles suscitent. Cette approche comparée de contextes nationaux et locaux nous permet de mettre à jour quelques facteurs clefs dans la définition de potentiels éoliens, et ce que les processus qui les sous-tendent ont ou non en commun. L’idée centrale de cette analyse est que les cultures paysagères, c’est-à-dire les traditions administratives de gestion du paysage comme les usages et les perceptions de l’espace au niveau local, conditionnent fortement l’essor de futures énergétiques faiblement carbonés.

Mots clefs : Paysage, énergie éolienne, transition énergétique, France, Allemagne, Portugal
Nadaï Alain et Labussière Olivier (2012) Le paysage éolien, décentralisation énergétique et paysagère, in « Paysages de l’électricité » sous la dir. de C. Bouneau, D. Varaschin, L. Laborie, R. Viguié, et Y. Bouvier, coll. Histoires de l’énergie. Peter Lang, p. 185 – 202. Lire

Par leur présence et leur effet d’échelle, les éoliennes suscitent d’importantes recompositions paysagères qui invitent à réviser nos représentations et nos pratiques sociales des paysages. L’examen détaillé des processus de planification et/ou de mise en site des nouvelles énergies permet de mieux comprendre les processus sociaux qui président à la constitution de ces nouveaux « paysages de l’énergie ». Ce chapitre s’intéresse à la portée des changements de paysages et leur relation à la libéralisation du secteur de l’énergie. L’analyse soutient que l’éolien soulève, en France, un double enjeu de décentralisation, de la politique de l’énergie et de la politique du paysage.

Mots clefs : Energie éolienne, décentralisation énergétique, transformations paysagères, décentralisation paysagère
Labussière Olivier (2012) Habiter, un éclairage deleuzien, in « Habiter, vers un nouveau concept », sous la dir. de Brigitte Frelat-Kahn et Olivier Lazzarotti. Paris : Armand Colin, p. 91-108. Lire

Après avoir rappelé l’évolution de travaux sur l’habiter, ce chapitre examine les pistes offertes par la pensée de Gilles Deleuze pour porter la réflexion sur des points encore peu interrogés de cet héritage (l’intentionnalité, la passivité / activité, l’unité du monde). Malgré ce potentiel, elle est restée en géographie l’apanage d’une posture critique radicale qui a diminué le parti qui peut en être tiré. Nous proposons à notre tour une lecture de Deleuze dont l’intérêt peut être de contribuer à revisiter la notion de milieu dans ses liens avec celle d’individu et de porter l’analyse de l’habiter sur un enjeu éthique central, celui de la réversibilité de ses formes.

Mots clefs : Habiter, milieu géographique, Gilles Deleuze, réciprocité être / pensée, éthique
Labussière Olivier (2012) Megalopolis: le paysage comme voluptas ? Jean Gottmann et l’éthique de la ville dense, in « Paysage en partage. Sensibilités et mobilisations paysagères dans la conduite de projet urbain », sous la dir. de Matthey L. (éd.), Gaillard D. (co-éd), Gallezot H. (co- éd), Genève, Fondation Braillard Architectes.. Lire

Les écrits de Jean Gottmann sur le paysage sont rares et il est aujourd’hui malaisé de lui reconnaître une contribution en la matière. Cette communication tente d’apporter des éléments de connaissance à la lumière de ses études urbaines, dont son ouvrage majeur Megalopolis (1961). Dans cette monographie sur l’urbanisation de la côte Nord-Est des Etats-Unis, la question paysagère relaie l’étonnante diversité d’un espace mégalopolitain qui, outre les noyaux urbains denses, se compose pour plus de la moitié de son étendue de forêts et de terres agricoles. L’attention accordée par Jean Gottmann au paysage est à mettre en rapport avec l’évolution de sa réflexion aux différentes phases de la production de l’œuvre Megalopolis. Ainsi, trois lectures se relaient, d’intuition, de méthode et d’une portée éthique.

Mots clefs : Jean Gottmann, Megalopolis, paysage, éthique
Nadaï Alain et Labussière Olivier (2010) Acceptabilité sociale et planification territoriale, éléments de réflexion à partir de l’éolien et du stockage du CO2, in Le captage et le stockage du C02 : enjeux techniques et sociaux en France ; sous la dir. de Naceur Chaabane et de Minh Ha Duong. Paris : Quae. Lire

En 2002, les pays de l’Union Européenne ratifient le protocole de Kyoto et se fixent l’objectif de ramener, en 2012, leurs émissions de gaz à effet de serre 8 % en dessous des niveaux de 1990. Les Etats s’appuient très largement sur les énergies renouvelables et de façon encore expérimentale sur le stockage du CO2 pour réduire leurs émissions. L’acceptabilité sociale de ces nouvelles technologies est souvent délicate en raison des recompositions territoriales et paysagères qu’elles suscitent. Pour éclairer la question de l’acceptabilité, cet article s’appuie sur la distinction entre la technologie générique et territorialisée. Cette alternative peut éclairer les enjeux contemporains en montrant que le potentiel d’une technologie n’est pas un donné mais qu’il reste à construire en fonction de processus d’exploration du social déterminant pour son acceptabilité.

Mots clefs : Captage et stockage du CO2, éolien, acceptabilité sociale, technologie générique / territorialisée
Labussière Olivier (2007). La valeur ordinaire du paysage : stratégies photographiques des opposants à une ligne à très haute tension en Quercy Blanc, in Résister à la disqualification sociale. Espaces et identités ; sous la dir. de Michel Koebel et d’Emmanuelle Walter. Paris : L’Harmattan, p. 161-186. Lire

Les grands projets d’aménagement sont souvent décrits comme des évènements perturbateurs capables de provoquer un réveil des identités territoriales. Une façon courante d’analyser l’action des groupes protestataires consiste à présenter ce réveil identitaire comme un des éléments moteur d’un rapport dialectique entre aménageurs et opposants. Et si le « nous » se construisait dans l’action, à la manière d’un groupe d’habitants qui se retrouve autour d’un tort commun partagé ? Ce questionnement est étudié au travers du cas d’opposition au projet de ligne très haute tension (THT) dans le Quercy Blanc de 1990 à 2002. En particulier, nous analysons en quoi l’émergence de la question paysagère en lien avec le médium photographique, de 1996 à 2000, constitue une forme d’engagement esthétique proche de la  » logique de subjectivation politique hétéronome  » proposée par Jacques Rancière.

Mots clefs : Réseau à très haute tension, paysage, mésentente (Rancière), stratégie esthétique, photographie